Alors que le dispositif a été mis en place en 2009, la France va enregistrer l’inscription de son millionième autoentrepreneur au cours du premier trimestre 2012. Les chiffres montrent l’ampleur du succès rencontré par ce nouveau statut : l’autoentrepreneuriat concerne plus de la moitié des créations d’entreprises en 2011. Toutefois, la dynamique n’est pas aussi soutenue qu’en 2010 puisque le nombre d’enregistrements a baissé de 20% l’an dernier par rapport à l’année précédente.

Environ trois quarts des comptes créés sont réellement actifs d’un point de vue administratif. En revanche, seule la moitié de ces 75%, soit moins de 2 comptes sur 5 sont actifs économiquement. Au total, le poids économique des autoentrepreneurs est de 3.2 milliards d’euros (chiffre d’affaires réalisé). Le chiffre d’affaires moyen pour les autoentrepreneurs ayant déclaré une activité s’élève à plus de 8300 euros.

Derrière les chiffres de la FDAE (fédération des autoentrepreneurs), une analyse plus qualitative nous apprend que l’autoentrepeneuriat ou autoentreprise consiste davantage en une activité d’appoint pour les salariés qu’en réelle lancement d’entreprise.

Concernant les données d’activité 2010, on note que près de 4000 autoentrepreneurs ont dépassé le plafond autorisé par le régime. Ce plafond est de :

  • 32000 euros pour les prestations de service ;
  • 80000 euros pour l’achat-vente.

Les près de 90000 radiations du statut enregistrées en 2010 avaient presque toutes pour motif la cessation d’activité.

Le statut d’autoentrepreneur et les règles qui les régissent évoluent par ailleurs régulièrement. Parmi les mesures souhaitées par les différentes parties prenantes, selon les sensibilités, on relève :

  • la volonté de renforcer les obligations comptables ;
  • la dénonciation de la distorsion de concurrence avec les entreprises du bâtiments, pour lesquelles la TVA a été relevée à 7% ;
  • la hausse du plafond de chiffre d’affaires ;
  • la simplification du cumul avec leur activité principale pour les fonctionnaires ;
  • l’ouverture du statut aux agriculteurs ;
  • l’obligation de disposer d’une assurance responsabilité civile professionnelle.

Votre prochaine assurance

Choisissez
Mutuelle Santé Mutuelle Frontalier Mutuelle Entreprise Assurance de Prêt Prévoyance des TNS Assurance Obsèques Assurance Capital Décès Assurance Dépendance

Votre navigateur est obsolète !

Veuillez mettre à jour votre navigateur pour visiter ce site correctement. Mettre à jour maintenant

×